Spiritualité et spiritualités : définition par rapport à « religion »

Spiritualité définitions

Spiritualité et spiritualités

L’approche précédente essaie de décrire la spiritualité par ses facettes multiples qui émergent quand on l’évoque. L’approche par comparaison avec le religieux et la religion joue parfois sur leur complémentarité, parfois sur leur polarité, voire leur opposition :

« Rousseau … formule ainsi la distinction entre spirituel et religieux : La spiritualité implique des questions (issues) universelles d’intention (purpose) et de sens (meaning) de la vie et appartient à l’essence humaine en quête de valeurs transcendantes. … En comparaison la religion comprend une croyance structurée qui aborde les questions spirituelles souvent au moyen d’un code éthique et philosophique incluant la foi en un Dieu ». [1]

« C’est ainsi que l’on pourrait définir provisoirement la spiritualité comme cette ouverture de l’être humain à une dimension qui le dépasse tout en l’incluant, et qui, par conséquent, le décentre et l’élargit. Ainsi caractérisée, la spiritualité ne doit bien entendu pas être confondue avec la religion, laquelle est une expression particulière, un cadre défini dans lequel la spiritualité peut se manifester et se vivre. » [2]

« On qualifie de « spirituels » les aspects de la vie humaine liés aux expériences qui transcendent les phénomènes sensoriels. Ce n’est pas la même chose que le « religieux », quoique pour de nombreuses personnes la dimension spirituelle de leur vie comporte un élément religieux. L’aspect spirituel de la vie humaine… est souvent perçu comme ayant un rapport avec le sens et le but de l’existence… » [3]

« … both religion and spirituality have a “sacred core” (Larson, Swyers and McCullough, 1997) that consist of “feelings, thoughts, experiences, and behaviors that arise from a search for the sacred. The term ‘search’ refers to attempts to identify, articulate, maintain, or transform. The term ‘sacred’ refers to a divine being or Ultimate Reality or Ultimate Truth as perceived by the individual.”

 

Religion: Religion is a organized system of beliefs, practices, rituals, and symbols designed (a) to facilitate closeness to the sacred or transcendent (God, higher power, ultimate truth/reality) and (b) to foster an understanding of one’s relationship and responsibility to others in living together in a community.

 

Spirituality: Spirituality is the personal quest for understanding answers to ultimate questions about life, about meaning, and about other relationship to sacred or transcendent, which may (or may not) lead to arise from the development of religious rituals and the formation of community. » [4]

« … spiritualité, ce qui ne connote pas une hétéronomie fondatrice, mais réapproprie au plan du sujet humain ce qui est en jeu, et n’entraîne pas non plus un espace séparé, de type ecclésial, qui en dépendrait. » [5]

« Die Attraktivität des Begriffs „Spiritualität“ liegt darin, dass der damit bezeichnete Inhalt einerseits den säkularen Materialismus des naturwissenschaftlichen Weltbildes überwindet, ohne aber andererseits in den vermeintlichen Dogmatismus der traditionellen Religionen zu verfallen. Er verweist nicht so sehr auf „Religion“, sondern eher auf „Religiosität“, also nicht so sehr auf die objektiven Gebilde der historischen Religionen mit ihren tradierten Lehren, Riten und Institutionen, sondern mehr auf das subjektive Erfülltsein von transzendenter Geistigkeit : Persönliche Ganzheits-Erfahrung statt Übernahme von lehrhaften Glaubensinhalten, frei flottierende existentielle Bewegung und Entwicklung statt fester Zugehörigkeit zu Religionsgemeinschaften, ihrer Metaphysik und Moral ; religiöse Selbstbestimmung und Selbstorganisation statt Gehorsam gegenüber geistlichen Autoritäten, Option statt Tradition – das sind Merkmale postmoderner, von christlichen Wurzeln mehr oder weniger gelöster Spiritualität. » [6]

« La dimension spirituelle – qui se manifeste plutôt dans le domaine de l’être – est en lien avec le souffle de vie qui nous anime ; elle renvoie donc à la VITALITE (on pourrait parler d’énergie de vie !). C’est tout le questionnement autour du sens dans ses trois acceptions : contenu-sensation, signification et direction ; interrogation bien légitime de tout être humain sur le sens de la vie et de la mort, de sa vie et de sa mort, sur le sens de la maladie et de la souffrance, questionnement sur une éventuelle vie après la mort, sur une transcendance possible.

Par contre, la dimension religieuse – qui se concrétise plutôt dans le domaine du faire – est la conséquence d’un choix spirituel mis en forme institutionnelle (structurée), propre à la confession / religion / philosophie dans laquelle la personne investit et nourrit ses croyances.

On pourrait donc dire – de manière un peu simplifiée – que la religion est une manière humaine de conceptualiser, ou encore de « décrire/expliquer » une réalité qui est toujours au-delà de soi – au-delà du scientifique, du rationnel – et que je ne maîtrise pas vraiment dans l’absolu.

Ainsi, à travers l’adhésion au contenu d’une religion (confession, philosophie) – qui est donc la mise en mots, en concept humain d’une certaine forme de spiritualité (on peut parler de confession de foi, de credo, de chartre…) – et au travers de la pratique de cette religion par des rites, des sacrements, etc., la personne se sent également reliée à une communauté humaine et à sa tradition ; et cela est peut-être encore plus vrai chez les personnes âgées, actuellement encore. » [7]


[1]Cosette Odier ; Accompagnement spirituel ou « faire passer un chameau par le trou d’une aiguille … » ; Frontières, 2004, p. 70

[2] François Rosselet ; Prise en charge spirituelle des patients : La neutralité n’existe pas ; Revue Médicale de la Suisse Romande, no. 122, 2002

[3] OMS ; Traitement de la douleur cancéreuse et soins palliatifs » ; in : Rapport 804 – chapitre 7, § 7.1

[4] Harold G. Koenig et al. (éd.) ; Handbook of Religion and Health ; Oxford University Press, Oxford 2000, p.17.18

[5] Pierre Gisel ; Qu’est-ce qu’une religion ? ; Chemins Philosophiques, Vrin, Paris 2007, p. 11

[6] Reinhold Bernhardt ; Spiritualität im Spannungsfeld von Esoterik und christlicher Tradition ; in : Leutwyler, Samuel, et Nägeli, Markus (éd.) ; Spiritualität und Wissenschaft ; vdf Hochschulverlag, Zürich 2005, p. 66

[7] Gérard Berney ; Vous avez dit « soins spirituels » ? 5ème rencontre des Maisons Francophones de Soins Palliatifs ; www.chrysalide.ch

« Spiritualité et spiritualités  10 : définition par circonscription

Spiritualité et spiritualités 12 : « spiritualités laïques »  »

Print Friendly

Laisser un commentaire