« L’islam conquérant » Et si Shafique Keshavjee avait raison ? Chantier de perplexité (Armin Kressmann)

Mea culpa ! Ma réaction aux propos tenus par Shafique Keshavjee dans son dernier livre « L’islam conquérant » était hâtive, guidée par un pressentiment et l’intuition. Shafique, n’y croit-il plus ? Y a-t-il cru, autrefois, ou non ? Aussi, qui pourrait le contester, elle était faible, comme il le relève à juste titre dans la…

« L’islam conquérant » ; lettre ouverte à mon ami Shafique Keshavjee

Non, cher Shafique, je n’aime pas ton dernier livre « L’islam conquérant »1. C’est vrai, il est polémique et il veut l’être ; mais ce n’est pas le problème, au contraire. Problématique pour moi est le fait que je ne sais pas quel est son, ton front polémique. Je n’aime pas ce livre parce que si tu avais…

EERV, Église évangélique réformée du canton de Vaud, de la théologie s’il te plaît ! Du statut de l’homme en tant que femme : contre le supranaturalisme !

Sur ma table, plusieurs dossiers, dont : Marie et la question de son humanité … Je renvoie à la « dispute » organisée pour le 13 septembre à la cathédrale1 : le journal « Le Temps » parle de « vierge oecuménique », là où je parle rigoureusement d’une « Marie protestante protestant », au-delà des débats oecuméniques, inscrite dans la vie de toute femme…

Y a-t-il encore un terrain commun entre l’École (l’État) et l’Église qui justifie les visites des classes par des ecclésiastiques dans les écoles vaudoises ?

Y a-t-il encore un terrain commun entre l’École1 (l’État) et l’Église qui justifie les visites des classes par des ecclésiastiques dans les écoles vaudoises ? L’école vaudoise et les Églises L’intérêt commun est le carrefour hautement contesté et disputé qui articule le public et le privé, l’universel et le particulier, le savoir et les convictions, le…

« César (l’État) ou Christ ! » (Leonhard Ragaz, Die Botschaft vom Reiche Gottes)

« Le message du règne de Dieu » (Leonhard Ragaz) « L’État est foncièrement (seinem Ursprung nach) païen. Son idéal reste l’Empire romain. La tendance à l’auto-divinisation … lui est innée. C’est ce que nous vivons aujourd’hui de nouveau et d’une manière exemplaire (1941/42). La devise définitive est donc : César ou Christ ! » (p. 70)