Le vide comme lieu de naissance et de vie – et la loi comme cadre

Exode 20, le Décalogue (les dix paroles) … le double commandement d’amour1, qui reprend et résume les deux tables de la loi … à la lumière du miracle fondamental qu’est la résurrection : le tombeau vide … une théologie matricielle, donc maïeutique ; le vide n’est pas vide (un lien vers la théologie « négative », d’où la…

Noël – Aimer soi-même parce qu’on aime l’autre (Marc 12, Matthieu 22, Luc 10) ou Quand l’amour ne suffit pas

Parlons d’amour, toujours et encore une fois. Aimer l’autre et soi-même dans son altérité n’est pas une question de l’amour du prochain, mais de l’amour de celui, ou de celle, qui est lointain, caché, inatteignable en soi, même soi-même en ce qui nous est étranger et obscur en nous-mêmes. La Bible sait de quoi elle…

Dieu au féminin

Dans l’événement de la croix, – si je comprends bien Moltmann (Der gekreuzigte Gott, Kaiser, München 1987), tout en poussant sa logique au bout -, Dieu est féminin, matriciel, dirait Chouraqui (cf. Esaïe), donc Mère : « La foi comprend l’événement historique entre le Père abandonnant et le Fils abandonné sur la croix au niveau eschatologique…

Dieu nous aime tel que nous sommes ?

Un collègue se demande sur Facebook : « Dieu nous aime tel que nous sommes ? C’est marrant, à force de répéter un peu platement que Dieu nous aime tel que nous sommes, nous en avons oublié que Dieu déteste parfois (souvent ?) ce que nous sommes. A-t-on vu un potier jamais s’extasier devant la motte…