Jean 3,1-8 ; notes exégétiques et homilétiques : La vie au-delà de la science

(avec La TOB, Traduction Œcuménique de la Bible ; André Chourqui, Iohanân, Evangile selon Jean ; JClattès, 1993 ; Xavier Léon-Dufour, Lecture de l’Évangile selon jean, Seuil, Paris 1988, Tome I)

Nicodème, l’homme qui cherche.

v. 2 « de nuit »

« nous savons »

« « signes », « ôt – otot » en hébreux, « semeion » en grec … « miracle »

« Intervention personnelle de Dieu dans l’ordre de la nature et de vie humaine » (Chouraqui) ; intervention qui n’a pas besoin d’être surnaturelle.

Que cherche Nicodème de nuit, dans la nuit de quoi ?

Y a-t-il question dans son affirmation ? « Nous savons », posture scientifique dirions-nous aujourd’hui. Il sait, que cherche-t-il alors en Jésus ? Quelle est la nuit du savoir ?

Le salut, la question du jugement, la justification, la vie éternelle, la lumière (3,19) ? v. 9ss

Qu’y a-t-il derrière les faits (scientifiques ; « Tatsachen », cf. Wittgenstein ; l’éthique est transcendante …)

« Rencontrer celui en qui il a reconnu un être ayant une relation privilégiée avec Dieu. » (Léon-Dufour)

Nicodème ne cherche pas un discours sur les signes, mais la rencontre de la personne étant l’auteur ou à la source de ces signes, le face-à-face avec …

… de personne à personne :

Les questions ultimes, au-delà de la science (« nous savons … ») se traitent dans la rencontre, la relation. Le salut (« Jésus ») est une personne, le salut est l’autre (ou l’autre est mon salut). Le reste est science. Donc l’enjeu du récit et l’enjeu pour Nicodème, le chercheur (scientifique), est : comment faire pour être ouvert à la relation, disposé à la rencontre qui est la porte du Royaume ? Autrui est la porte (ouverte) du Royaume, et les dogmes sont les portes qui ferment l’accès (à l’autre, et en conséquence au Royaume).

Comment lâcher la science (« je sais … ») quand on se trouve devant l’ultime ?

Tu veux la vérité ? Ce n’est pas ça … ! Mais il faut connaître le « ça » pour pouvoir le lâcher, passer par et dépasser la science (ce qui est manifeste, donc la croix) avant d’accéder à la résurrection par le souffle (l’inspiration). La science, étude des effets du souffle (v. 8), sans avoir accès au souffle lui-même ? Décrire la vie sans la saisir en soi ?

Tu veux la vérité ? Ce n’est pas ça … ! C’est lui, ou elle !

Le vent balaye les portes (« obstacles ») de la science qui empêchent d’accéder à autrui (l’autre qui est tout autre, tout en étant un même, justement dans son altérité), de cette science qui dit et qui ne peut pas dire autre chose que « l’autre est ceci ou cela », donc tout ce qu’il n’est pas, parce qu’il est autre.

Cet autre qui vient de Dieu est le défi qui nous est lancé, voir le Christ (« l’oint ») en autrui, celui qui nous advient.

1,19 Comme Jean-Baptiste («Dieu fait grâce et baptiser ») voir Jésus (« le salut ») qui vient vers moi et dire :

‘Voici l’agneau de Dieu qui enlève le péché du (de mon) monde. »

« I – Le monde est tout ce qui a lieu (« was der Fall ist »).

I.I – Le monde est la totalité des faits (« Tatsachen »), non des choses.

I.II – Le monde est déterminé par les faits, et par ceci qu’ils sont tous les faits. » (Wittgenstein, Tractaus)

v. 3 « si quelqu’un n’est pas engendré d’en haut » …

« La communication par Dieu à l’homme de sa propre vie. » (Léon-Dufour »

La « vie éternelle », la vie divine qui se répand lorsque « Dieu règne »

« voir la vie – faire l’expérience de la vie », savoir ce que c’est la vie ; on le sait quand elle a été menacée.

« si … nul ne peut voir le Royaume de Dieu »

Le pouvoir, « dynasthai » en grec, revient six fois.

v. 3 « voir le Royaume »

v. 4 « entrer dans le sein de sa mère »

v. 5 « entrer dans le Royaume »

Il y aurait de quoi à dire au niveau de la psychologie du développement …

v. 5-8

« Distinction de la naissance charnelle avec la résurrection spirituelle qui est un don du souffle de Dieu. » (Chouraqui)

v. 5 « naître d’eau et d’Esprit » pour « entrer dans le Royaume de Dieu »

« La mention de l’eau, allusion au baptême, pourrait évoquer l’entrée des nouveaux croyants dans la communauté des disciples. » (TOB note o))

« d’eau qui est Esprit » (Léon-Dufour) Ez 36,25-27, une création nouvelle, œuvre de l’Esprit.

Qu’est-ce que c’est la communauté des disciples ?

v. 6 « chair – chair » (« sarx », nature humaine) et « Esprit – esprit » (« pneuma », puissance divine)

v. 8

« Caractère mystérieux du vent et de l’action divine » (TOB)

L’Esprit, le souffle, parfois présenté comme la respiration de Dieu ;

« dépouiller des significations philosophiques et théologiques » (Chouraqui)

Qu’est-ce donc ? Que fait-il ?

« Le phénomène du vent suggère qu’il existe des réalités dont l’homme n’est pas le maître » (Léon-Dufour)

« Mind map » de la prédication sur Jean 3,1-8 du 2.6.13, avec baptême, à la chapelle de l’Institution de Lavigny

Armin Kressmann 2013

Print Friendly, PDF & Email

Une réflexion au sujet de « Jean 3,1-8 ; notes exégétiques et homilétiques : La vie au-delà de la science »

  1. Ping : Ce dimanche | un pasteur itinérant

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.