Les règles de l’art de l’accompagnement spirituel chrétien

Quelle est la « lex artis » d’un accompagnement spirituel qui veut être chrétien ?

La libération par théonomie, c’est-à-dire « le pouvoir à l’autre », une soumission (hétéronomie) qui nous fait « su-jet », donc autonome par rapport à toute autre instance que l’autre. Une autonomie qui choisit librement l’autre comme référence ; elle est libre par rapport à elle-même.

L’accompagnement spirituel est « kénotique », comme disait Charly, il se dépouille lui-même. Il est christologique, et cela même pour les non-chrétiens. Sinon il est religieux ; et devient ainsi autonome, donc plus christologique. Une autonomie qui se choisit elle-même comme référence ; elle n’est plus libre par rapport à elle-même.

Ne confondons donc pas foi et religion.

Se soumettre à une instance qui est toute autre, « Dieu, le tout-autre », refuse toute autre soumission, toute autre soumission quel celle qui se soumet à l’autre.

L’autre a toujours raison, jusqu’au moment où il a raison. C’est toujours l’autre qui a raison.

L’autre est toujours Dieu, Dieu est toujours l’autre.

Le fou n’a jamais raison ; c’est la raison pour laquelle il a toujours raison.

Aussi longtemps que l’aphasique ne parle pas, il faut entendre sa parole.

En bref, c’est le même qui nous enferme ; il est autoréférentiel et tourne sur lui-même.

La répétition du même est le mal.

Faut-il être non-chrétien, ou athée, pour être chrétien ?

En tout cas croire en l’autre.

Armin Kressmann 2012

Print Friendly, PDF & Email

Une réflexion au sujet de « Les règles de l’art de l’accompagnement spirituel chrétien »

  1. Ping : « L’islam conquérant » Et si Shafique Keshavjee avait raison ? Chantier de perplexité (Armin Kressmann)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.